Combien de temps porter des bas de contention ? : Tout savoir

Comme les chaussettes de contention, les collants ou les bandages, les bas de contention sont une option de traitement efficace pour prévenir ou traiter les maladies veineuses. Combinés à des médicaments à base de veinotonique et à un gel anti-jambes lourdes, les bas de contention s’inscrivent dans une démarche médicale que seul un médecin peut autoriser. En effet, en fonction du mal à traiter ou à prévenir, les bas de contention sont portés plus ou moins dans la journée, et dans certains cas pendant des semaines, voire des mois. Découvrez dans ce guide, en fonction des circonstances, combien de temps enfiler des bas de contention.

Qu’est-ce que les bas de contention ?

Les bas de contention, également appelés « bas de compression » ou « bas élastiques », sont des bas qui exercent une pression sur la jambe et améliorent la circulation sanguine. Ils peuvent être indiqués dans la prévention ou le traitement des varices et autres maladies veineuses. En appliquant une pression sur les jambes, les bas de compression aident le sang à remonter des pieds vers le cœur.
Ils agissent ainsi comme une sorte de pompe qui agit contre la force de gravité, favorisant le retour du sang et améliorant la circulation sanguine. Ainsi, les bas de compression sont indiqués en cas d’altération des valves cardiaques ou d’obstruction des veines, de sorte que la circulation sanguine est compromise.
Il existe actuellement plusieurs types de bas de compression, avec différents gradients de pression et de hauteur. Certains bas couvrent uniquement le pied, d’autres couvrent jusqu’à la cuisse et d’autres encore couvrent toute la jambe et l’abdomen. Il est donc important que les bas de compression soient recommandés par un médecin ou une infirmière en fonction de l’objectif de leur utilisation.

À Lire Aussi  Les formations obligatoires pour les infirmiers

Quels sont les circonstances et les temps de port des bas de contention ?

Le temps de port des bas de contention dépend de différents types de situation.

Enfiler des bas de contention suite à une opération chirurgicale

Il existe un risque de phlébite qui survient après la chirurgie. La phlébite est causée par la formation de caillots sanguins lors de la cicatrisation des tissus. S’il y a rupture de l’un des caillots, il peut y avoir obstruction de la veine que traverse ce dernier. Cela peut engendrer une thrombose veineuse.
C’est pourquoi les personnes qui ont subi récemment une intervention chirurgicale devraient porter des bas de contention. En effet, ces derniers servent à diluer la circulation du sang, en attendant que le risque de phlébite disparaisse. Plus l’intervention chirurgicale est sévère ou plus le repos au lit est long, plus les bas sont portés longtemps, en particulier pour la chirurgie unijambiste.
En fait, l’immobilité peut être la cause d’une mauvaise circulation sanguine, ce qui peut entraîner la formation de caillots. Par conséquent, après la chirurgie, les bas de contention sont généralement utilisés sur les jambes pendant 3 à 6 semaines, puis sur la jambe traitée pendant 2 à 3 semaines. Le chirurgien le prescrit, avec des conseils conformes à chaque patient, notamment le moment de la journée et le nombre d’heures de port des bas de contention.

Enfiler des bas de contention en étant enceinte

Plusieurs personnes se demandent s’il faut porter des bas de contention en état de grossesse. En effet, la grossesse peut également contribuer à la maladie veineuse. Les femmes en état de grossesse commencent généralement à utiliser des bas de contention au cours du deuxième trimestre.
Aussi, elles doivent majoritairement les enfiler jusqu’à 6 semaines après l’accouchement de leur enfant. En cas de grossesse, il y a une prescription de bas de contention médicale. Il s’agit d’une prescription de précaution pour éviter que des varices n’apparaissent.

À Lire Aussi  Conjonctivite : Les traitements naturels

Enfiler des bas de contention dans le cadre du traitement des varices

La maladie veineuse peut également être chronique, comme quand des varices sont déjà présentes. Dans cette situation, la prescription de bas de contention peut freiner la progression de la pathologie. Leur effet pressant favorise la stimulation de la circulation sanguine et empêche le sang de s’accumuler dans certaines veines.
En participant à la réduction des risques d’accident veineux, les bas de contention peuvent aussi diminuer les douleurs, ou du moins leur ampleur. Enfin, ils veillent à ce que les ulcères variqueux ne se forment pas. En cas d’affection veineuse confirmée, le patient doit enfiler les bas de contention au quotidien et indéfiniment. Ce soin se fait avec des médicaments et peut ainsi nécessiter une prise en charge chirurgicale.

Enfiler les bas de contention de façon occasionnelle

Il est aussi possible d’enfiler les bas de contention de façon occasionnelle. Ainsi, on peut les porter par exemple :

  • lors d’un long voyage ;
  • lorsque vos jambes sont lourdes ;
  • lors d’un long train.

Il est alors conseillé de contacter votre médecin généraliste, qui vous prescrira des bas de contention uniquement lors de vos déplacements. Cette méthode est également recommandée pour les personnes qui sont déjà sujettes à des problèmes de circulation sanguine.

Quelles sont les quatre différentes catégories de bas de contention ?

Les bas de contention sont disponibles en quatre catégories différentes et chacune avec des intensités spécifiques. Les spécialistes du secteur médical prescrivent en fonction du mal à soigner :

Première catégorie des bas de contention

Il s’agit d’une catégorie qui offre une contention de faible densité. On observe une pression de 10 à 15 mmHg. Dans cette catégorie, les bas de contention sont prescrits sous forme de précaution. Ils sont aussi prescrits dès que surviennent des troubles circulatoires.

À Lire Aussi  L’utilisation du griffonia présente-t-il un danger ?

Deuxième catégorie des bas de contention

Dans la deuxième catégorie, on observe une pression modérée. La pression est de 15 à 20 mmHg. Ces bas de contention sont recommandés dès les premières apparitions de gonflement, généralement pour les femmes en état de grossesse.

Troisième catégorie des bas de contention

La troisième catégorie offre une pression de 20 à 35 mmHg. Les bas de contention de cette catégorie sont destinés aux sujets atteints de maladies veineuses sévères et chroniques.

Quatrième catégorie des bas de contention

Au niveau de la quatrième catégorie, la pression observée est très forte, une pression de 36 à 48 mmHg. Les bas de contention de cette catégorie sont administrés après le début d’une thrombose ou dans le cadre d’une maladie grave et évolutive.
En somme, comme vous l’aurez constaté, le temps pour porter des bas de contention dépend de nombreuses circonstances. Chaque cas est unique, c’est pour cette raison que les bas de contention nécessitent une prescription médicale. Le médecin les prescrit, en les accompagnant d’un mode d’emploi adapté à la maladie du patient.

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Articles en relations

test de colere

Comment ça marche, le test de colère ?

La colère figure parmi les émotions propres à l’homme et se manifeste par un courroux, une exaspération ou un mécontentement vis-à-vis d’une situation horripilante. Sa