Que sait-on de la pyélonéphrite sans fièvre ?

pyélonéphrite sans fièvre

La pyélonéphrite sans fièvre touche beaucoup de femmes à travers le monde. Cette infection attaque le rein et se propage progressivement dans tout le corps. Elle peut causer d’autres maladies plus graves lorsqu’un traitement n’est pas entrepris dans les meilleurs délais. Dans ce guide, vous trouverez toutes les informations utiles à propos de ce mal.

Les généralités sur la pyélonéphrite sans fièvre

La pyélonéphrite est une infection des reins. Elle arrive à la suite d’une cystite ou d’une infection urinaire qui a été mal soignée. Les symptômes de ce mal sont des douleurs lombaires, des nausées, des diarrhées, une envie fréquente d’uriner et surtout, la fièvre.

Cependant, il existe toutes les pyélonéphrites ne s’accompagnent pas forcément de fièvre. On dit qu’il s’agit d’une pyélonéphrite sans fièvre. C’est la forme de pyélonéphrite la moins grave et la moins violente. Contrairement à la forme classique, cette dernière est beaucoup plus rare et touche, le plus souvent, la gent féminine.

Outre l’absence de fièvre, le sujet atteint de pyélonéphrite souffre de tous les autres symptômes causés par l’infection. En cas de pyélonéphrite sans fièvre, il est bien consulté sans délai un médecin ou un spécialiste en urologie. Cette décision vous permettra de vite identifier l’origine du mal et de mieux la traiter. Dans la majorité des cas, le traitement d’une pyélonéphrite sans fièvre combine des antibiotiques et une hospitalisation.

À Lire Aussi  Comment stopper l’addiction aux jeux ?

Comment soigner ce mal ?

Pour les cas de pyélonéphrite sans fièvre, il est bien de boire beaucoup d’eau et de bien s’alimenter. Le repos et une bonne hygiène de vie sont essentiels pour une guérison rapide. Vous pouvez aussi opter pour les solutions naturelles comme la consommation de jus à base de canneberge qui a déjà fait ses preuves dans la lutte contre ce mal.

Pour limiter l’apparition d’une pyélonéphrite sans fièvre, il faut systématiquement uriner dès que le besoin se fait ressentir et de ne point se retenir. Pour les femmes, le port des pantalons et jeans trop serrés est à éviter. Pour cause, ils peuvent endommager la flore vaginale au fil du temps.

Comment diagnostiquer la pyélonéphrite sans fièvre ?

Déjà, il est important de connaître tous les symptômes qui arrivent en cas de pyélonéphrite sans fièvre. Dans un premier temps, vous avez des frissons et un malaise général suivis de douleurs lombaires localisées dans l’abdomen et les organes génitaux. La pyélonéphrite sans fièvre entraîne aussi des brûlures urinaires et des troubles digestifs.

Pour le diagnostic, seul un examen d’urine peut confirmer la présence de cette infection. Notamment, l’examen cytobactériologique des urines est indispensable pour détecter la bactérie responsable de cette infection. En plus de cet examen, une analyse sanguine et d’autres examens complémentaires peuvent s’avérer nécessaires.

Quel est le temps de guérison de la pyélonéphrite sans fièvre ?

La durée de la convalescence dépend avant tout de la gravité du mal. Après le traitement, le repos du patient va déterminer la durée de la guérison. Il faut entre 7 et 14 jours pour récupérer totalement selon les cas et peut-être plus. Particulièrement, en cas d’anomalies au niveau des voies urinaires, la convalescence peut être plus longue.

À Lire Aussi  3 choses à savoir sur l’iridologie

pyélonéphrite sans fièvre

Quelles sont les complications possibles ?

Lorsqu’il n’y a pas de fièvre, les complications possibles d’une pyélonéphrite sans fièvre sont le risque de septicémie. C’est-à-dire que la bactérie peut infecter tout l’organisme et passer dans le sang. En état de grossesse, il existe aussi un risque de complication très grave nécessitant une hospitalisation rapide. Chez les femmes enceintes par exemple, outre la courbature, il y a le risque d’un abcès rénal ou périrénal et une altération de la santé en général.

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Articles en relations